• Nnaemeka Ali, O.M.I

My heart longs for your voice

Love of my life, and my all

Every night she quietly awaits

Unable to sleep without you

Without those suiting words

And the invisible touch of love


When the Sun rises, she looks up

Exploring your words in her lips

On the breathe of this golden lamp

To grasp the secrets of the creation

And the forces that awaken the living

With whom humanity share your love


Speak to me, My beauty

Sublime, my everlasting love

The maker of awesome days

Awakener of ancient desires

The creative powers of the old

Readily transporting us higher


Again and again, I call on you

Ancient of the old, Alpha, Abba

The Omega, the regenerative power

Come, seduce my heart once more

Take me for yourself, Oh my treasure

To thee I freely commend my heart

Alisonomi2022



11 views0 comments

Bibirassoi Abdourahamane, alias Bibi, est Mahoraise d’origine. Elle est venue au monde à Moyotte, un département français situé dans l’Océan Indien tout près de Madagascar et de l’île de la Réunion. La famille est une valeur très importante pour Bibi. Elle a passé les 21 première années de sa vie, en famille, dans son île natale, Mayotte. Elle y a fait ses études jusqu’au lycée pour par la suite quitter sa famille afin de poursuivre ses études à l’île de la Réunion. Elle y obtiendra son Brevet d’Études Professionnelles en vente et son BAC en commerce. Bibi entamera par la suite des études universitaires. C’est après avoir vu une publicité à la télévision que l’idée de venir au Canada germe en elle. En effet, c’est une publicité de recrutement qui la convainc de faire le grand saut et d’entamer les démarches pour venir étudier à Sept-Îles.

C’est le 9 août 2007 que Bibi arrive au Canada accompagnée d’une amie. Elle est arrivée à Sept-Îles avec un groupe d’une trentaine d’élèves internationaux. Ces autres étudiants deviendront rapidement sa famille canadienne. Bibi étudie la comptabilité au Cégep de Sept-Îles. Cette dernière a pu bénéficier d’une bourse grâce à des ententes entre la France et le Québec. Bibi se souvient qu’à son arrivée il ne faisait que 15 degrés. Ce fut un choc pour elle qui était habituée de vivre avec des températures au-dessus de 30 degrés. Elle pensait que c’était l’hiver !

Dès son arrivée, Bibi a rapidement travaillé dans différents domaines, notamment celui de la vente. Elle est une fille vaillante et elle travaille dur ; elle adore les défis ! Elle a également travaillé 5 ans dans le domaine bancaire pour par la suite retourner à ses premiers amours et accepter un poste de coordonnatrice aux services à la clientèle dans un nouveau magasin.

La dynamique et colorée Bibirassoi s’est également rapidement impliquée dans le domaine social lorsqu’elle est arrivée sur la Côte-Nord. En effet, elle organisait des soirées interculturelles permettant aux gens de se réunir pour manger et pour danser. Ses activités étaient populaires parce que Bibi est une fille rassembleuse qui sème la joie autour d’elle.

Moyennant un faible coût d’entrée pour assumer la location de la salle, les gens se réunissaient pour s’amuser. Ses soirées lui ont permis de rencontrer de nouvelles personnes et de bien s’intégrer dans la ville. Grâce à ses activités, elle répondait également à un besoin viscéral des nouveaux arrivants ; celui de se réunir. C’est d’ailleurs pour répondre à ce besoin que l’Association Amicale Interculturelle de Sept-Îles (l’AMIS) a été créée. S’inspirant des soirées initiées par Bibi, l’AMIS organisent des activités amicales interculturelles. Bibi siège sur le conseil d’administration de l’organisme avec d’autres personnes qui poursuivent la même mission qu’elle. En plus de son bénévolat pour L’AMIS, Bibi s’est aussi impliquée plusieurs années dans l’organisation du tournoi Orange et dans le festival Innu Nikamu.

Bibi est bien sur la Côte-Nord et elle compte y rester. Elle y a rencontré des gens chaleureux et accueillants. Elle a aussi retrouvé l’esprit de famille de son île natale. Il faut également dire que la rencontre de son prince charmant y est également pour quelque chose ! Ensemble, ils ont acheté une maison et construisent tranquillement leur petit nid douillet.

20 views0 comments

M N’Binkena Nantob-Bikatui (a.k.a Émil Binké) est canadien d’origine togolaise et vit depuis 14 ans au Québec. Il a vécu sa plus tendre enfance et jeunesse dans son pays natal, le Togo en Afrique de l’Ouest. Issu d’une grande famille, il prit rapidement conscience de l’importance de sa voie et se bâtir sa propre vie. Après ses études primaires, secondaires et un Bac scientifique (lycée), en 2000 il entra l’Université de Lomé en faculté de gestion et économie. Dans la même année l’appelle de l’aventure européenne l’amena à changer de cursus scolaire. Il quitte son pays, sa famille et ses amis en 2001 pour la France où il complète ses études après 6 ans, avec un Master professionnel en Stratégie d’aménagement du territoire couplée d’une compétence en géomatique à l’Université Blaise Pascal 2 de Clermont-Ferrand. Après ses stages la DDE (département de l’équipement)et au CEE (comité d’expansion économique), il rejoint rapidement l’équipe du département de géographie de Limoges comme chargé de projet.

Au terme de son contrat à Limoges, il décide d’immigrer au Québec en 2008. Un grand saut qui semblait être un hasard mais qui s’est révélé être une continuité de l’histoire familiale puisque son père a fait aussi ses études d’administration à Ottawa dans les années 60 et qu’aujourd’hui plusieurs de ses frères ont rejoint aussi le Québec.

Après 2 ans en centre d’appel à Montréal, ce Géographe, amoureux de grands espaces naturels fait un deuxième saut décisif et ce, vers la Côte-Nord motivé par l’envie de mettre ses compétences au service d’organismes qui œuvrent pour la communauté. En 2010, il rejoint l’équipe de l’OBV Duplessis comme chargé de projet en Géomatique.

Il crée en 2011 GCN (géomatique Côte-Nord), une petite entreprise de cartographie qui a réalisée des projets pour des organismes entre autres :

AMIK, Agence Manu Innu Kaikusseht pour la cartographie des zostères (algues marines) entre Natashquan et Blanc Sablon);

ZIP Côte-Nord : Projet ZICO cartographie sur panneau d’interprétation installé sur la jetée de la marina de Sept-Îles en face de l’ancienne Cage de Sport.

Projet Mamit Innuat : Cartographie conception de Plan de protection des sources d’eau potables des premières Nations.

Chez AXOR Sept-Îles, il a participé au traitement de données et à la mise à jour des sites miniers historiques.

Son entreprise fait peau neuve; GCN Géomatique devient à ce jour Rendell (services de géomatique et de cartographie) dont le site est cours de construction.

Pour lui, la Côte-Nord est une merveilleuse aventure teintée d’un dépaysement total mais qui s’est révélée très agréable, instructif tant sur le plan professionnel, personnel, familial que social avec les rencontres enrichissantes avec la diaspora Nord-côtière. Il découvrit la Côte-Nord dans son immensité, tout l’Est du Québec, ses valeurs culturelles et y pratique des activités entre autres : la raquette, la motoneige; découvre les richesses des communautés autochtones, leurs Us et coutumes, leurs pratiques ancestrales tant à Sept-Îles, à Mingan qu’à St-Augustin (près de Blanc-Sablon). Il participe à la pêche traditionnelle du Saumon, à la pose des cages aux crabes des neiges en Basse-Côte-Nord.

Il a des gouts éclectiques pour les musiques du monde; pratique la guitare à ses heures libres, il est fasciné par des œuvres littéraires des grands rois, empereurs, leaders africains, américains et des caraïbes, sur l’histoire des peuples noirs en général, des questions des droits et libertés, l’esclavage, le développement durable, les énergies vertes, la politique etc…

Comment a-t-il rejoint Havre-Saint-Pierre? Selon ses mots, par un été très ensoleillé de 2012, il décide de faire une balade au Havre-Saint-Pierre pour assister au festival de la famille avec sa futur femme Daphnée. Arrivés au Havre-saint-Pierre, tous les hôtels étaient occupés et ils ont décidé de loger à Longue-Pointe-de-Mingan. Toute une belle aventure en zodiak avec la découverte de Monolithes, du Phare, des Macareux (oiseaux au bec orange), de Marsouins et de baleines etc.

Rien de tout ça ne présageait son déménagement six mois après cette escapade en amoureux, jusqu’au jour où il appliqua à une offre d’emploi de remplacement temporaire au poste de Chef de division du service d’urbanisme. Ce qui semblait être temporaire était devenu permanent. Une simple balade par un jour d’été qui devient un grand appel du destin.

Depuis 2012, il rejoint l’équipe Municipale de Havre-Saint-Pierre comme Coordonnateur en Urbanisme et en Environnement. Un travail passionnant qui lui permet d’être plus proche des citoyens du milieu (les Cayens) et de leur rendre service.

Marié, il vit actuellement au Havre-Saint-Pierre avec sa femme Daphnée Driscoll, canadienne d’origine Haïtienne ». Infirmière Auxiliaire de profession, en première ligne dans la lutte contre la Covid-19, elle est une femme passionnée et dévouée pour sa famille son travail. Daphnée dans son parcours professionnel a travaillé dans plusieurs domaines (vente, agent d’accompagnement etc…) mais sa vocation, elle l’a trouvé dans l’aide qu’elle apporte aux personnes comme soignante. Un travail qui l’emmena à ses débuts à l’hôpital de Sept-Îles et aujourd’hui au Havre-Saint-Pierre. Grand cœur, elle est une mère attentionnée, aimante, active et une épouse formidable qui par un heureux hasard ou du destin sur la Côte-Nord, croise le chemin de son époux Émil Binké. Ils forment un couple plein de complicités et sont aujourd’hui parents de deux belles petites Jumelles de cinq ans. Ils souhaitent laisser comme héritage l’empreinte souvent oubliée des valeurs comme : le vivre ensemble, le partage, le soutien, la camaraderie, l’entraide et les valeurs de famille et de l’éducation et la force du travail et sans oublier d’où nous venons.


29 views0 comments