• Nnaemeka Ali, O.M.I - Black and Missionary

Seigneur, à qui irions-nous ? — Jean 6, 60-69

Updated: Aug 30


Dans l’évangile de ce dimanche, Jésus se rend compte que ses disciples se retirent un à un. Étonné, il demande aux douze Apôtres :

« Voulez-vous partir, vous aussi ? » Simon-Pierre lui répondit : « Seigneur, à qui irions-nous ?

Tu as les paroles de la vie éternelle. Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint de Dieu. »

Mais, qu’est-ce qui faire fuir ces disciples qui couraient derrière lui depuis quelque temps ? Nous savons que partant du temple, « il passa sur l’autre rive de la mer de Galilée, dite encore de Tibériade », où il multiplia le pain pour pouvoir nourrir cette même foule qui le suivait (Jn 6, 1-14). Et quand ils ont voulu faire de lui un roi, Jésus s’est retiré seul pour prier dans les montagnes, et ses Apôtres « montèrent dans une barque et se dirigèrent vers Capharnaüm, sur l’autre rive. » (Jn 6, 15-17). C’est à la suite de ce déplacement vers Capharnaüm et l’attroupement de la foule qu’il commencera l’enseignement qui les a bouleversés (Jn 6, 26-59).

« C’est moi qui suis le pain de vie ; dit-il, celui qui vient à moi n’aura pas faim ; celui qui croit en moi jamais n’aura soif.

[…]

En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme et si vous ne buvez pas son sang, vous n’aurez pas en vous la vie. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle, et moi, je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est vraie nourriture, et mon sang vraie boisson » (6, 35-55).

Pour les disciples, Jésus est bien grand ; il fait des miracles ; et marche même sur l’eau, mais comment peut-il prétendre, pensent-ils, être le fils de Dieu ?

« N’est-ce pas Jésus, le fils de Joseph ? Ne connaissons-nous pas son père et sa mère ? Comment peut-il déclarer maintenant : “Je suis descendu du ciel” ? », déclarent-ils (Jn 6, 54).

Voici l’enseignement qui les a bouleversés dans l’évangile d’aujourd’hui.

Après l’avoir entendu, beaucoup de ses disciples commencèrent à dire : « Cette parole est rude ! Qui peut l’écouter ? » (Jn 6, 60). Ils ne voulaient pas l’écouter, car cela demandera plus d’efforts. Ce n’est plus la question de nourriture comme d’autres moments avec Jésus. Ce nouveau type d’enseignement demandait plus d’engagements. Il leur fallait dépasser leur routine ; faire un passage d’une participation passive caractérisée par l’attitude de récepteurs à celle de militants. Il leur fallait prendre Jésus au sérieux, et croire en lui et la nouveauté que son mouvement apporte.

C’est aussi ce qu’il nous arrive à chaque fois que nous refusons de nous engager dans son projet du royaume. C’est l’attitude de tous ceux qui refusent de faire le chemin avec Jésus, ou ceux qui aiment Dieu, mais ne désirent pas s’engager ou prendre au sérieux son enseignement.

Jésus nous demande aujourd’hui : « et vous, ne voulez-vous pas partir ? ». Voulez-vous faire partir de ceux qui ne travaillent pas pour que son règne advienne ? Voulez-vous abandonner cette décision de vous prendre en main, d’aider votre fils, votre sœur, votre petite-fille, votre mari, votre femme, etc., à devenir le meilleur d’eux-mêmes ?

Dans la première lecture d’aujourd’hui, Josué nous fait une belle proposition : « choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir ». Qui voulez-vous suivre ? Moi je réponds comme Pierre, « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. »


0 comments